2011 - Sur les voies de la reprise

 A. Lamine Diop Senior Consultant Management & Strategy

Click here to make this your favicon at your browser menu bar

CLICK HERE TO MAKE THIS YOUR FAVICON AT YOUR BROWSER MENU BAR

 

La croissance économique serait-elle décisivement de retour cette année 2011 avec un taux de croissance globale estimé à 4,3% suite à une récession qui a débuté en 2007 avec un taux de seulement 3,6% soit -0,3% par rapport à 2006, année ou il atteint un pic de 3,9% ; taux qui dégringole à 3,3% en 2008 et devient négatif à -0,5% en 2009, année ou la récession globale est au plus sévère?

 D'après les prévisions, la reprise qui s'est amorcée courant 2010 à la faveur de la baisse des taux d'intérêt et malgré une stagnation  à la hausse des cours du pétrole, des matières premières énergétiques et à moindre mesure, minières et agricoles, ajoutée à une confiance des consommateurs encore mitigée, devrait se préciser à 4,3% en 2011 et encore mieux 4,5% l'année prochaine, pilotée principalement par le secteur de l'énergie, l'automobile, l'immobilier, les hautes technologies et les télécoms ainsi que l'agroalimentaire.

 

Croissance Globale

La récession 2009 est la plus sévère depuis trois décennies et touche particulièrement les économies développées dont le Japon à -6,3% en 2009, les Etats Unis à -2,6% et l'Union Européenne à -0,9%. Le Japon et les Etats Unis ont bénéficié de moins de robustesse à la croissance comparés à l'Union Européenne, à cause de la chute du dollars et du yen par rapport à l'euro et d'une situation inflationniste depuis 2007.

 

Inflation Globale

 

Inflation Comparée USA -France

 

Certains pays émergents, peu impactés par les cours du pétrole ou à dominante minière et agricole ont échappé à cette récession : Chine +9,2% en 2009, Inde + 6,8%, Afrique du Nord et Moyen-Orient +2,5%. La Russie a été sévèrement touchée à -7,8% en 2009 tandis que les pays d'Afrique subsaharienne affichent un taux de +2,8%. Toutefois, les économies non-développées sont affectées par une inflation chronique pouvant atteindre un taux de 6,9%.

La crise 2009 est née de l'essoufflement du cycle de croissance postérieur à la crise 2003 par la hausse des taux d'intérêt issue d'un durcissement monétaire anti-inflationniste et amplifiée par les marchés au moment ou il atteint son summum en 2006, le tout aggravé par une hausse notoire des cours du pétrole pendant les deux années suivantes 2007 et 2008, d'où un taux global négatif.

 

Cours du Pétrole - SMI - 2011

 Les secteurs les plus touchés sont l'énergie, la chimie, l'agroalimentaire, les services et l'immobilier dans une moindre mesure tandis que l'automobile, l'électronique et les télécoms résistent. Le relâchement monétaire de part et d'autre de l'Atlantique permet à l'économie de redémarrer dès 2010 même si les cours du pétrole restent encore à la hausse à $90 le baril d'autant plus que la production de pétrole est prévue à la hausse à partir de cette année.

 

 

Cours du Pétrole - 2011

2011 - Sur les voies de la reprise


 

LE RELACHEMENT MONETAIRE APPORTE UN NOUVEAU SOUFFLE A L'ECONOMIE

Au 23 juin 2011, les bons-5ans du Trésor américain sont à 1,45% soit au plus bas taux depuis trois décennies. Cette baisse notoire sur les marchés financiers est le résultat de la politique monétaire adoptée aussi bien par la Fed que par la BCE et devrait relancer l'économie cette année et l'année prochaine en facilitant le financement de la reprise par le biais de la production et de la consommation.

Du côté de la BCE, au 5 mai 2011, le taux de refinancement est maintenu à 1,25%, le taux de facilité de prêt marginal à 2,00% et le taux de facilité de dépôt à 0,50%. Quant à la Fed, le taux directeur est maintenu à sa valeur de 0,25% au 28 janvier 2009, soit l'année ou la croissance est au plus bas. Dans l'ensemble, l'assouplissement monétaire est plus marqué en Amérique qu'en Europe. Par ailleurs, la Fed a anticipé la croissance négative 2009 un an auparavant par une baisse des taux directeurs tandis que la réaction monétaire en Europe a lieu courant 2009.

 

US TREASURY BOND - 5YEARS

 

Euribor-1Year - 2011

 

Sur les marchés, après un long krach haussier qui s'est propagé pendant trois ans de 2005 à la fin du premier semestre 2008, lequel a touché les taux, les actions et les indices en plus des surenchères sur le pétrole et les matières premières, les taux sont, à nouveau,  à la baisse depuis 2009 et restent stables à la hausse en 2011. Après un taux record de 5,4% en septembre 2008, Euribor-1an chute à 1,7% en 2009 et 1,2% en 2010 à la faveur des taux direteurs avant de se stabiliser à 2,14% au 24 juin 2011. Les valeurs, quant à elles, après une chute d'un an et un semestre ( 2008-2ème semestre 2009), remontent de nouveau : le CAC 40 bien que volatile, est repartie à la hausse depuis le second semestre 2009 et continue de prendre de la valeur cette année. Néanmoins, depuis 2005, le il accuse un léger retard par rapport aux valeurs européennes tandis que les valeurs technologiques présentent une légère faiblesse laquelle est de plus en plus amoindrie depuis l'année dernière. Ces valeurs technologiques, en croissance sont une importante clé pour la diversification et le pilotage alternatif de la croissance ainsi que le renforcement du cycle de croissance et la réduction de l'impact pétrolier sur les économies développées. Elles devraient tirer le meilleur parti des taux avantageux de cette reprise pour accroître par la production et par l'innovation.

EURIBOR-1Y - CAC 40


CAC 40 - CAC IT 20 - SBF80

S&P 500 - 24 juin 2011

L'actuelle chute volatile du S&P 500 ( septembre 2011) confirme une hausse sur le marché des capitaux pendant toute l'année. Celle d'Euronext depuis le mois de mai 2011 confirme l'éclatement de la bulle haussière sur les taux d'intérêt.

Euronext - 2011

 

L'EURO CONTINUE A SURPASSER LE DOLLAR ET GAGNE DE PLUS EN PLUS DE POINTS SUR LE YEN SUITE AUX PERTES DE 2008

La stagflation en Amérique et une forte inflation au Japon font de l'euro la monnaie pilote de cette reprise. Il progresse rapidement face au dollar et retrouve de meilleures valeurs face au yen suite au rattrapage réussi par les japonais en 2009 grâce au marché de l'électronique et subsidiairement de l'automobile.

Est-ce que "euro is as good as gold too"? Peut-être oui. Il reste alors à savoir si l'euro va conserver ses survaleurs sur le dollar acquises par le jeu du commerce extérieur et de la globalisation, ou si le dollar va t'il rattraper ses pertes par un réajustement économique et monétaire visant à redresser la balance des opérations courantes de l'économie américaine. Au 29 juin 2011, l'euro est à 1,4435 dollars soit une hausse de +66 points de base, 116,87 yens soit +41 points de base et la course continue.

Même si cette situation extérieure reste favorable à la croissance de l'économie japonaise, elle l'est d'autant moins pour l'économie américaine dans la mesure où les exportations agricoles aujourd'hui globalisées ne sauraient compenser la perte de valeur du dollar par les volumes. La convergence du marché européen ainsi que le choix de la croissance au zéro d'inflation ont fait de l'euro une monnaie forte.

FX - 2011

Même si le Japon a été le plus touché en 2009 en terme de croissance réelle, il réalise une nette progression réelle ces deux dernières années, tandis que l'Union Européenne est en croissance réelle stable et l'Amérique en légère baisse. Sur le commerce extérieur, le Japon affiche une bonne ouverture et une balance des opérations courantes excédentaire et stable. L'Europe gagne des points en excédent . Les Etats-Unis accusent un déficit croissant.

 

Croissance Réelle - 2011

Balance des opérations courantes - 2011

FX - 2011 Sur le marché des changes, le yen et l'euro sont prévus à la hausse avec rattrapage au profit de l'euro tandis que le dollar est prévu à la baisse.


 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site